GT2 Statistiques et modélisation

MEMBRES DU GROUPE GT2

Stéphanie Leroy Responsable
LAPA : LMC-IRAMAT UMR5060 et NIMBE UMR3685, Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération-Institut de recherche sur les Archéomatériaux
William Banks
PACEA, UMR5199, De la Préhistoire à l’Actuel, Culture, Environnement, Anthropologie
Serge Cohen
IPANEMA, USR3461, Institut photonique d’analyse non-destructive européen des matériaux anciens
Anna Degioanni
LAMPEA, UMR7269, Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
François-Xavier Le Bourdonnec
CRP2A-IRAMAT, UMR5060, Centre de recherche en physique appliquée à l’archéologie-Institut de recherche sur les Archéomatériaux
Université Bordeaux Montaigne
Philippe Lanos
CRP2A-IRAMAT, UMR5060, Centre de recherche en physique appliquée à l’archéologie-Institut de recherche sur les Archéomatériaux
Université de Rennes 1 « Géosciences-Rennes »
Laure Nuninger
Chrono-Environnement, UMR6249, Laboratoire de Chrono-Environnement, Besançon
Xavier Rodier
CITERES, UMR7324, Cités, Territoires, Environnement, Sociétés – Laboratoire Archéologie et Territoires

Les systèmes complexes étudiés en sciences archéologiques (archéométrie et archéologie) mettent en œuvre des techniques et des méthodologies générant un nombre de plus en plus important de données. Ces données sont acquises à différentes échelles et sont parfois issues de sources variées et ce, quels que soient la thématique de recherche (peuplement, réseaux d’échanges, matériaux,…) et le contexte. Il existe, de fait, un besoin grandissant dans la communauté d’avoir à la fois recours aux statistiques, pour le traitement de l’information, l’organisation et l’interprétation des données, mais aussi aux modèles (plus ou moins complexes) pour la mise en relation de ces données.

La contribution des méthodes statistiques et des modèles semble pouvoir être pleinement profitable aux sciences archéologiques que si elle est intégrée dans un cadre méthodologique construit et adapté à la résolution des problématiques. Elle suppose également un dialogue scientifique et méthodologique exigeant entre archéomètres, archéologues et spécialistes des mathématiques.

Le but de ce groupe de travail est de lancer une réflexion prospective autour de l’utilisation des statistiques et des modèles en archéométrie et en archéologie afin de contribuer à l’amélioration, la diffusion et le développement des outils et des pratiques dans ces disciplines. Celle-ci inclut le recensement des actions existantes, ainsi que la mise en place d’actions plus spécifiques permettant de dégager les verrous et les enjeux pour la communauté autour de ces problématiques. Dans ce cadre, plusieurs actions sont/seront menées telles que l’organisation de journées de réflexion et d’écoles thématiques, ainsi que la mise en place de bonnes pratiques (édition manuels, etc.)..

Vidéos de la journée thématique du 5 juin 2018

Les statistiques appliquées aux Sciences archéologiques : Enjeux de la formation et de la diffusion des pratiques  Introduction, présentation du groupe de travail « Statistiques et Modèles » du réseau CAIRN et présentation […]

Lire la suite

Mise en ligne des présentations de la journée du 17 décembre 2015

Dans le cadre des activités du groupe de travail GT2 “Statistques et Modélisation”, le réseau CAI-RN a organisé le 17 décembre 2015 une journée autour des statistiques et de la […]

Lire la suite